domingo, 31 de diciembre de 2017

6000 tsotsiles du Chiapas déplacés dans une situation extrêmement vulnérable.

Chiapas : Alerte humanitaire Chalchihuitan/Chenalho- Complicité de l'état
Trad@Carolita
Note: Une aide humanitaire d'urgence est nécessaire.

Si vous êtes à San Cristóbal, le maïs, les haricots, la farine de maïs, les ustensiles de cuisine, les couvertures et les serviettes féminines sont nécessaires. Apporter à :
Cáritas, Diócesis de San Cristóbal
Prolongación Benito Juárez 8 - Planta Alta
Colonia Maestros de México
Téléphone: 967-120-3722
L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, personnes assises
Pour une aide économique :

Cáritas SCLC - Banco Mercantil del Norte (Banorte)
Cuenta 064262424985


San Cristóbal de Las Casas, Chiapas.  Les 9 et 10 décembre, plusieurs organisations ont effectué une visite d'observation et de documentation sur les droits de l'homme dans la municipalité de Chalchihuitán, où près de 6 000 Tsotsiles sont déplacés par un groupe armé de Chenalhó, couvert et au service du maire de cette municipalité, Rosa Pérez Pérez, du Parti écologiste vert du Mexique (PVEM), dans un conflit territorial provoqué par le gouvernement fédéral il y a quarante ans.
Les personnes déplacées se trouvent dans une situation extrêmement vulnérable, la moitié d'entre elles vivant à l'extérieur dans des températures qui tombent au-dessous de zéro degrés la nuit et qui ont provoqué la mort de trois petites filles, un jeune enfant et deux adultes plus âgés. L'autre moitié est entassée dans les maisons de parents ou d'amis dans la capitale municipale de Chalchihuitán, où jusqu'à 40 familles sont logées dans la même maison, dans des conditions de pénurie alimentaire croissante.

Chalchihuitán est assiégé. La route d'accès a été coupée avec des machines lourdes et n'a pas été rétablie, malgré les affirmations du gouvernement du Chiapas, qui aurait accepté avec le groupe armé de rétablir les routes. En même temps, le groupe armé continue d'opérer dans cette zone et ceux qui sont à pied craignent d'être tués. Cela signifie que, pour arriver avec l'aide humanitaire, il faut emprunter un chemin de terre difficile, à 9 heures de route de San Cristóbal via Simojovel (en général, le trajet dure un peu plus d'une heure).Cela a également affecté les habitants de la capitale municipale et de nombreuses autres communautés, car l'approvisionnement alimentaire a été sévèrement touché et les prix des denrées alimentaires de base ont augmenté considérablement.
Le gouvernement a réagi en se maquillant, et ce que les observateurs qualifient de raillerie. L'"aide" du gouvernement s'est limitée à la malbouffe, en principe destinée aux victimes du tremblement de terre qui, en plus d'être insuffisante, rendent malades les paysans, qui ne sont pas habitués à une telle nourriture... et une couverture par famille. En même temps, le groupe armé, qui a des liens connus avec la maire Rosa Pérez et le PVEM, continue d'opérer en toute impunité.
Les observateurs signalent des maladies des voies respiratoires et gastro-intestinales, un manque de médicaments et de soins médicaux d'urgence, ainsi que des conditions météorologiques extrêmes. Ils rapportent également l’état psychologique de peur et de stress extrêmes, en particulier chez les enfants qui survivent dans des conditions inhumaines. Les enfants ont peur d'être tués, rêvent qu'ils se font tirer dessus, dorment agités; ils sont tristes, leur environnement a changé brusquement. Ils ont mal à l'estomac et des maux de tête dus à l'anxiété et au stress causés par le déplacement", déclare le rapport conjoint lu lors de la conférence de presse. Il y a des nouveau-nés et même certains qui sont déjà nés dans des conditions de déplacement. L'affaire a été racontée au sujet d'une femme qui, le jour même où elle a donné naissance à son bébé, a dû fuir, avec le bébé et un autre enfant dans les bras.
Comme on le sait, le problème a été causé par le Secrétariat de la réforme agraire (SRA), aujourd'hui disparu, qui a ignoré les accords communautaires existants sur les limites territoriales et réparti la terre selon une ligne arbitraire qui a conduit à un conflit agraire entre des peuples frères qui vivaient autrefois en parfaite harmonie. En même temps, le groupe armé est un produit direct de la politique de paramilitarisation et de la politique anti-insurrectionnelle incarnée dans le Plan de campagne du Chiapas de 1994, élaboré en réponse au soulèvement zapatiste, qui a entraîné le massacre d'Acteal en 1997.
Les observateurs préviennent que les conditions actuelles sont très proches de celles qui prévalaient avant le massacre d'Acteal, qui célèbre ce 22 décembre 20 ans d'impunité, et dont le signe le plus visible de continuité est le déplacement forcé de 6 000 personnes, principalement des femmes et des enfants.




1 comentario:

  1. Por favor, puede ustedes poner una estrlla roja en su mapa para Caracol de Morelia, zona de Tzotz Choj, Chiapas, México, Gracias.

    ResponderEliminar