martes, 12 de mayo de 2020

Déclaration de solidarité avec la lutte contre le train Maya, un mégaprojet de mort



Traducción en español
English translation
10 avril 2020
La Sexta Grietas del Norte invite d’autres groupes et perso
nnes à  s’unir en solidarité avec nos compas qui luttent contre le dénommé Train Maya.

On salue les efforts du « Conseil Régional Indigène et Populaire de Xpujil (CRIPX) » et on les félicite pour leur réussite à retenir la construction du méga-projet du train dans le « couloir » de Campeche. C’est un grand succès particulièrement en ces temps où les gouvernements profitent de la crise du Covid 19  pour faire avancer leurs agendas et attaquent les résistances et les rébellions au Mexique et dans d’autres parties du monde. On sait que la lutte vient juste de commencer et nous appuyons et soutenons les efforts continus pour arrêter de façon permanente la construction du train dans sa totalité. Cette lutte est loin d’être terminée car le gouvernement est décidé à réaliser ce méga-projet qui apportera de grands bénéfices aux capitalistes qui dirigent le pays, au prix d’un coût très élevé pour la vie humaine et le milieu naturel.

Nous dénonçons les menaces, harcèlements et toutes les tentatives pour intimider et faire pression sur ceux qui luttent contre la construction du « Train Maya » et nous dénonçons en particulier les agressions contre nos frères et sœurs membres du Conseil Régional Indigène et Populaire de Xpujil, qui risquent leur vie et leurs moyens de subsistance pour lutter contre ce méga-projet de mort.
Le dénommé projet « Train Maya » vise à transporter de 600 000 à 800 000 nouveaux touristes par an dans la péninsule du Yucatan. A travers des « consultations » mensongères et autoritaires le gouvernement fait semblant d’informer et de consulter les populations locales sur les retombées du projet au prétexte que c’est un projet de « développement » qui apportera des bénéfices aux pauvres indigènes de la région: emplois, infrastructures modernes, opportunités de commerces…

De fait,  la vérité est tout le contraire. Ainsi furent les conclusions de beaucoup, et particulièrement celle de CONACYT (Conseil national de science et technologie) , un organisme fédéral indépendant chargé de conseiller le gouvernement mexicain sur les politiques publiques en lien avec la science et le développement technologique. Cette étude, rendue au gouvernement début décembre mais qui ne fut pas publiée avant mars (beaucoup plus tard que la procédure de consultation) conclue que le méga-projet du train aurait de graves impacts négatifs qui incluent:
  • destruction de 10 domaines nationaux protégés qui apportent des bénéfices pour l’environnement tels les aquifères et la capture du carbone (qui relativisent les dommages causés par le réchauffement global);
  • des impacts négatifs irréversibles sur le territoire du projet;
  • la violation des droits de 146 000 indigènes qui vivent sur ce territoire;
  • création d’emplois précaires et temporaires;
  • augmentation de la violence en lien avec le trafic de drogues et des personnes;
L’étude a été censurée par le gouvernement jusqu’à ce que se tienne le processus de consultation  afin que les gens ignorent les dangers du train-méga-projet..
Cette étude confirme ce que nous avons largement argumenté  depuis longtemps: ce mégaprojet de mort est un rêve capitaliste qui conduira un dépouillement, déplacement et destruction de la vie des personnes qui vivent sur les zones proches, le long de la voie ferrée: foyers, agriculture, communautés, petites entreprises et commerces, y compris les entreprises eco-touristiques durables. Le train est une menace pour la plus grande forêt tropicale restante de Mésoamérique, la réserve de Calakmul, considérée comme la seconde biosphère la plus importante après l’Amazonie pour sa production d’oxygène. Les mangroves de Bacalar, une des régions de mangroves les plus importantes au monde sont aussi sur la route du train et de fait courent un grand risque (“Territoires mayas au passage du train: situation actuelle et risques prévisibles” [Espagnol]).

 Le projet du Train Maya bénéficiera aux corporations d’ingénieurs et de construction qui obtiendront de grands contrats, ainsi qu’aux chaînes hôtelières , les corporations touristiques internationales et les riches entrepreneurs qui ont les fonds pour pouvoir s’installer et avoir les mains pleines d’argent pour pouvoir verser des pots de vin. Ce méga train bénéficiera aux fonctionnaires du gouvernement qui recevront des faveurs  et pots de vin de la part des capitalistes. Ce train bénéficiera aux industries extractives, dont les projets suivront inévitablement la route du train profitant de l’infrastructure, l’installation de transports et les forces militaires et paramilitaires de « sécurité » qui arriveront dans la région pour appuyer la construction du train et qui serviront à protéger leurs investissements. Ils bénéficieront aussi de la répression contre la résistance tenace et l’opposition aux mega-projets, qui est toujours un obstacle pour le capitalisme extracteur. 

Il nous suffit de regarder le miroir de la Riviera Maya, au nord ouest du Yucatan, pour voir les effets que les projets touristiques massifs ont sur les personnes et le milieu naturel. Tandis que les riches se baignent dans des piscines impeccables, se relaxent sur la plage et dans des bars élégants, jouissant de cocktails exotiques et de nourritures « gourmet », ceux qui les servent touchent des salaires de misère (beaucoup ne gagnent que le salaire minimum de 7 dollars par jour) et des dizaine de mille de sans emploi et de sous employés peuplent la zone qui entoure les centres touristiques dans des quartiers de pauvreté. Parmi ces « serviteurs » se trouvent des paysans qui ont été dépossédés de leurs terres, ou qui ne peuvent plus vivre de leur terre, dans beaucoup de cas fait du à la diminution de l’eau disponible. L’abondance de centres commerciaux et de restaurants qui font de l’argent dans ces zones touristiques sont les propriétés de l’élite fortunée, souvent étrangers, qui avaient l’argent pour investir dans des standing luxueux que les touristes préfèrent. Les rues de Cancun sont remplies de chaînes de magasins étrangers. Les plages, vierges et pleine de poissons, sont aujourd’hui  contaminées. Des centaines de milles tonnes d’ordures crées par les touristes contaminent l’eau, se répandent dans l’océan et infectent la terre en vide ordure abaondants situés à proximité des maisons des pauvres. 
 
L’eau volée aux champs de culture indigènes se répand de manière impudente. Cela est le modèle de développement que l’on peut voir dans les luxueuses zones touristiques de l’ensemble du Mexique: une industrie touristique dévastatrice et insoutenable qui maintenant se répand à la racine de l’épidémie du Covid 19. Le gouvernement mexicain informe que Cancun est abandonné: seul 7% des 90.000 chambres d’hôtel sont occupées, tandis que 60.000 travailleurs ont été congédiés dans l’état du Quintana Roo, ce qui représente environ 40% de son pouvoir de travail (regarder Proceso Mars 2020 et INEGI Rapport 2016). Les travailleurs pauvres et non assistés des zones hôtelières, comme les pauvres et non assistés partout dans le monde, seront les plus affectés par l’épidémie, tandis que les messieurs capitalistes trouveront d’autres moyens d’obtenir des gains. Au milieu de cette crise, le gouvernement trouve le moyen de continuer ce projet. Le 1° avril il a annoncé qu’il était en train de revoir les propositions de 14 consortium (propriétés de multinationales chinoises et de Carlos Slim, l’homme le plus riche du Mexique) pour construire la première phase du train, qui coûtera au gouvernement mexicain entre 12 et 22 millions de pesos mexicains (600 millions à plus de mille millions de dollars US). Le gouvernement insiste sur le fait que le projet démarrera le 30 avril.
Nous, les signataires ci contre, dénonçons ce projet et exigeons son arrêt immédiat au bénéfice de la population locale, les paysans, la Terre Mère, et l’humanité elle même. Nous donnons notre appui à toute personne qui lutte pour préserver les milieux de vie durables et particulièrement aux peuples premiers qui luttent pour préserver leur histoire et leur identité et leurs terres ancestrales. Nous devons protéger tout ce qui reste de ces milieux et ressources sacrés pour que  les générations futures aient l’opportunité de survivre contre la civilisation de la mort.
Signataires:
Chiapas Support Committee, Oakland, California
Cassidy Regan, Mannahatta, Lenni Lenape territory
Silvia Federici, Brooklyn, NY
War Resisters League
Raices sin Fronteras, San Diego California
Dr. Carol J Manahan, California
Charlotte Saenz, Core Faculty, California Institute of Integral Studies
Rei Terada, Professor of Comparative Literature, UC Irvine
Stellan Vinthagen, Endowed Professor, University of Massachusetts, Amherst, USA
Donald Monty Neill, Boston, Massachusetts, USA
Sallyann Stoddard, Northeastern USA
Bruce Fleischer, Boston Ma.
Alptekin Aydogan, USA
Joseph Bender, Living in Ramaytush territory, also known as San Francisco
Mary Landale, Massachusetts, USA
Patricia Sullivan, Washington State
Farah Khimji, New York City
Kirsty Singer, University of California, Irvine
Gabriella Melis, Italy
Kristian Vasquez, Chumash territory
Carla Belinda Margarita Orendorff, Los Angeles, CA, US/Cochabamba, Bolivia
Hélène Miesseroff, French writer
María Estela Barco
Louis-Georges Schwartz, Athens, oh
Chris Carlsson, Shaping San Francisco
Alain Chaillat, France
Kate Keller, Montana
John Wolverton, Missoula, Montana, USA
Linda Quiquivix, Chumash Territory (Oxnard, California)
Kirsty Singer University of California, Irvine
Peter Rosset, Chiapas
Hormigas Autonomas y Rebeldes, San Diego – Territorio Kumeeai
LIES Journal Collective
Willow Hill, United States
Cindy Gao, New York City, NY
Ellen Elster, Oslo, Norway
Lauren Johnson, Canada
Wesley Carrasco, ECLF-Los Angeles
Matthew de la Torre
Julio Rodriguez, Sylmar (community in Los Angeles), California
Child Welfare Nepal Chairperson
Ambazonia Prisoners of Conscience Support Network (APoCsnet) Global Solidarity Network
Joris Leverin, Managing editor, ROAR Magazine
Julia Thomas, Journalist
Andrea Perez, Osceola Consulting, GIS Researcher
Renee Delia Reyes NYC, NY
Andrew J Padilla East Harlem (El Barrio), NYC
Daisy Bugarin, Lenape Territory (NYC, NY)
Tahesha Knapp-Christensen, Protect the Long Beach/LosCerritos Wetlands
Anya Briy, NYC, NY
Daniel Brown, Peckham, London, UK
Chichihualli Lactation, Lactation Educator and Community Advocate
Gema Limeta, Tongva territory ( Los Angeles, CA)
Inmigrantes Unidos NC
Alfonso Garcia Guerrero
Kiana Martinez
Janet Campos,LCSW-Licensed Clinical Social Worker
Lauren Reese
Aurialís Alvarez, Boston, MA
Rosa Barajas, California
Malú Huacuja del Toro Nueva York
Semillas Collective New York City, Estados Unidos
Alma Sánchez, Morelos
Red de Rebeldía y Resistrenzas, Ciudad de Puebla, Puebla
Movimiento de Mujeres de Kurdistán, America Latina,Kurdistán
Cecilia Vázquez Ahumada, Puebla, México
Eli García Padilla, Oaxaca
María Matilde Salazar Rodriguez,Cd. de Chihuahua, Chih. México
Jorge Emilio Villa del Ángel Name, Cdmx
Pamela, CDMX
Sergio Moreno, CDMX
David lozano Tovar, CDMX
Santiago López Martínez, CDMX
Cynthia Chiang, Cdmx
Stephania Sánchez, Estado de México
Jorge Castillo Canizáles, CDMX
Alondra Campos, Jalisco Mexico
Luis González Lozano, San Luis Potosí
Alina, CDMX
Karla González Ramírez
Montserrat Hernández, CDMX
Patricia Ailyn Garrido, CDMX
Samantha Sánchez, Edo. De México
Sara Sánchez, San Luis Potosí
Aranza Tinajero, CDMX
Gala Alejandra García Ruiz, Cdmx
Naayeli Ramírez Espinosa, Peninsula de Yucatan
Huizache Badillo, CDMX
Martin Mantxo, A Planeta (Euskal Herria/País Vasco)
Agrupación por la memoria histórica Providencia Antofagasta, Antofagasta Chile
Carmen Manuela Delcid, San Pedro Sula, Honduras
Colectivo de Coordinación de Acciones Socio Ambientales (Colectivo CASA), Oruro-Bolivia
David Pierre, Haiti
Hermanas de la Misericordia, Hermanas CCASA, América Latina
Martín López Gallegos, Profesor Adj. en la Facultad de Economía, UNAM
La Casa del Centro, Gilberto y Patricia Z, Tijuana BC Mexico
Kurt McLean, Occupied Kumeyaay/Kumiay lands of San Diego/Tijuana
Red de resistencias y rebeldías en Tijuana
Mathilde, Francia
Diana Laura Corona Hernández, México
Fátima Rubio Moreno, Lic. Turismo Internacional
Brittney López Hampton Coleman
Colectivo Acción Solidaria con México, Viena, Austria.
Asociación medioambiental Colibrí ecosocial, CHILE
Xilone Purepecha Nation/ White Mountain Apache, California US
Rosángela Pérez Mendoza, Docente Tutora Investigadora, Lic. en Artes Visuales
Rebelión, México
Coordinadora de Pueblos y Organizaciones del Oriente del Estado de México en Defensa de la Tierra, el Agua y su Cultura (CPOOEM), México
Alejandra Sánchez, Ciudadana Mexicana
TONATIERRA (Phoenix, Arizona)
Manuel May Castillo Dr., Universidad de Munich, Alemania
Ianci Balam, Ejido Jacinto Pat
Roberto Cuevas
Ramon Aguilera, Puerto Morelos
Stephanie Smiley, USA
Enicia, San Miguel de Allende
María salas, CdMx
Adriana Martinez,Playa del carmen
Asamblea Maseual Autonoma del Agua de Cuetzalan, Pueblo Originario Maseual de Cuetzalan
Guardia Comunitaria Indigena de San Andres Tzicuilan Cuetzalan, Pueblo Originario Maseual de Cuetzalan
Erwin Slim Torres, Fundador del Ordenamiento Territorial Integral de Cuetzalan. Asesor del movimiento
Indígena en contra de los Proyectos de Muerte.
Ivone Alatrist,HOUSTON TX
CONRADO Alba Brunet
arnoldo colibrí, el Chiapas Support Committee, territorio Ohlone
Maria Antonieta Bocanegra Aguilar, Felipe Carillo Puerto
Ines Duran Matute, México
Hortencia Ramirez Campos, Amatlán de Quetzalcoatl, Morelos México
Rocío Servin Jiménez, Universidad de Guanajuato,
Guadalupe Meza Lavaniegos,Socio pedagoga en Guanajuato
La Ezkina, Tijuana, BC
Edgar Fernando Fernández Villa, Psicólogo educativo
Ignacio Muñoz, Movimiento de Pobladorxs en Lucha (Chile)
Red de Resistencia y Rebeldia en apoyo al CIG-CNI del Puerto de Veracruz, Puerto de Veracruz
Montserrat Díaz Romero, Escuela Nacional de Antropología e Historia
José Cándido Guzmán Sánchez, UABC, Estudiante a Licenciatura en Economía, Tijuana
Centro de Investigación Escénica El Teatrito, Mérida Yucatán
Mexicali Resiste, Mexicali
Teresa González Molina, Universidad Autónoma Metropolitana
Alicia Dorantes Camacho, Cuernavaca Morelos
Alejandra Vargas, Colectivo Casa Creación,México
Guillermo Villalobos Rojo, Frente Social de Trabajadores Independientes, mx
Marcela Jiménez, Cancun Mexico
Ass. Solidaria Cafè Rebeldía-Infoespai rebeldia, Barcelona, Catalunya
MutVitz13 – Marsella, Francia
Natanael Murillo Calvo, CDMX
Matilde Ortuño Vilchis, Estado de México
Rocío Servin Jiménez, Universidad de Guanajuato
Espiral de solidaridad-semilla de resistencia, Grecia
Asamblea Libertaria Autoorganizada Paliacate Zapatista, Grecia
Espoir chiapas
Comite de Solidaridad con los Pueblos Indigenas de las Americas (CSIA-Nitassinan), Paris, Francia
Jazz Diaz,Merced (Central Valley) California
Ian Murphy, University of San Francisco
Eleanor Finley, UMass Amherst Anthropology Department
Colectivo Transdisciplinario de Investigaciones Críticas, México
Francisco De Parres Antropólogo / Fotógrafo
East Coast Chiapas Solidarity Committee
Karen Lopez Circulo de Promotoras de Salud Tradicional, California
Elena Ortega
Tiziana, Italy
Berenice Perez
Daniel Farber
Autonomous Brown Beret, Sabrina Chapa, New York City, Lenapehoking
Matt Yamashita, Sustainable Molokai, Hawaii
Misael Calderon, Building Engineer
WESPAC Foundation Westchester County, New York
Sadie heald, Harrison, NY
Mercy Verdugo, Laboratorio de Arte Atelier
Douglass DeCandia
Luis Tinoco Torrejon, Belgium
Showing Up for Racial Justice (SURJ,) Westchester, Turtle Island, original territory of Lenni Lenape Peoples [Westchester County, New York, USA]
Dr. Damaris Calderón Alcalán Directora Escuela Latinoamericana de Medicina, (ELAM), Cuba
Eagle and the Condor Liberation Front Tongva territories, Los Angeles, California
Building Bridges Human Rights, Vancouver Collective
Adriana Diego, Oxnard, CA
Issa Estelle Occupied Kumeyaay, San Diego, California
Ary Amaya
Sarah Valdez, Tongva Teritory (Los Angeles)
Théo Marcos, Francia
colectivo Ramonara, Chipre
Red Ya Basta, Alemania
Mut-Vitz Colectivo, (Francia)
Dismantling the Doctrine of Discovery Coalition

1 comentario:

  1. Il y a une coquille dans la traduction française du dernier paragraphe, le budget de la première phase de construction est de " entre 12 et 22 MILLE millions de pesos mexicains..."
    Saludos ! Memo

    ResponderEliminar